Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , ,

ma-vie-en-suspens

Depuis mon inscription à la médiathèque de ma ville, qui est d’ailleurs gratuite, je lis de plus en plus régulièrement.

Parmi les 3 livres auxquels j’ai droit à chaque passage, j’avais sélectionné le livre de Susannah Cahalan : « Ma vie en suspens » en me demandant si j’allais réussir à le lire.

En fait, il se lit très bien.

Susannah Cahalan est journaliste au Post au moment des événements qui surgissent alors qu’elle a 24 ans. Il s’agit de l’histoire incroyable mais vraie d’une plongée inexplicable dans la folie.

Alors qu’elle était en bonne santé, elle se retrouve cataloguée comme psychotique violente, abrutie de médicaments.

Elle décrit très bien avec la méthode journalistique la chronique de sa maladie : les crises de violence, alternant avec un état de catatonie, les examens coûteux ne donnant aucun résultat, l’éventualité d’une internement à vie et enfin, après un mois de calvaire, l’arrivée d’un nouveau médecin dont le diagnostic lui sauvera la vie.

Il s’agit donc d’une biographie, d’un témoignage.

Le livre n’est pas lourd à lire comme je le craignais. Je suis surprise moi qui ai vécu aussi une descente aux enfers, mais sans violence autre psychologique que l’on m’a appliquée, de la préoccupation des collègues de travail et de la famille. Cela me renvoie à ma propre expérience, dans laquelle je suis restée bien seule !

Les manifestations sont les hallucinations, des couleurs qui deviennent très vives, et puis, des crises d’épilepsie. Un médecin pensera que c’est dû à une consommation excessive d’alcool et devant les manifestations de plus en plus graves, il ira jusqu’à prétendre que Susannah buvait jusqu’à deux litres d’alcool par jour ce qui n’était pas  le cas. Il arrive que les médecins soient de mauvaise foi…

Elle subira des IRM, des prises de sang, des électro-encéphalogrammes, et pensera être bipolaires.

Le magazine « Elle » estime qu’il s’agit d' »un témoignage inoubliable ».

C’est le diagnostic d’un nouveau médecin qui lui sauvera la vie.

Ce livre est un best-seller aux Etats-Unis. Charlize Théron a acheté les droits cinématographiques et c’est Chloë Grace Moretz (voir sa fiche sur wikipédia) qui incarnera Susannah. Un rôle certainement difficile à tenir.  Le film et le livre qui sont une référence dans ce domaine pour moi, c’est « Vol au dessus d’un nid de coucou », un chef d’oeuvre tellement bien incarné par Jack Nicholson !

***

Je pense que ce genre d’expérience n’arrive pas qu’aux autres.

Le centre thermal qui me suit dispose d’une clinique spécialisée qui accueille des malades parfois très sérieusement atteints : anorexiques, suicidaires… Il va ouvrir une aile destinée à la bipolarité : cette maladie qui se manifeste par des changements d’humeur, des périodes d’euphorie alternant avec des moments de dépression sévères.

En discutant avec une malade l’été dernier, nous avons appris qu’ils pratiquaient encore les électro-chocs, appelés scientifiquement la sismographie (voir cet article pour davantage d’information sur cette technique). C’est drôle ce terme aussi utilisé pour les tremblements de terre.

La malade était très contente de sa chambre, de la liberté donnée au malade, des résultats des traitements.

Personnellement, dans ma recherche de traitement, je déplore que les psychiatres français ne sont pas au top des traitements, et ne savent que donner des médicaments qui finissent totalement par abrutir. Et je ne parle pas des soit disant « experts » auprès de la justice dont le but est de nier la réalité des faits, au service de « je ne sais quelle entité »… Là, on tombe réellement dans la « mafia médicale », en plus très naïve en pensant qu’on n’aura pas accès à leurs rapports et qu’on ne les contestera pas, preuves à l’appui, quelle imprudence ! Ils sont niais en plus !

C’est donc un livre que je conseillerai de lire, sachant que la maladie peut se manifester à la fin de l’adolescence, et au début de la vie d’adulte !

 

Publicités