Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , ,

girl-boxer-1333600_960_720

Je n’ai pas la forme du regretté Mohamed Ali. Suite de la saga, hier je suis rentrée complètement flapie, rincée, laminée… J’ai eu du mal à me lever ce matin, mal à la nuque, au bras, au dos, et mauvais moral, face à cette administration hyper débile, qui ne sait même pas paramétrer ses logiciels, et dont les agents racontent n’importe quoi par mail et au téléphone.

Ce matin, ma maman me confirmait qu’elle avait pu faire le virement de dépannage, je lui avais tout préparé, téléphoné à la banque. C’est minable de devoir utiliser des gens de 99 ans, dans leur centième année, parce que des gens jeunes, bien portants font leur travail par dessus la jambe, et que leurs dirigeants mettent au point des procédures et des logiciels inadaptés.

Ils n’ont pas eu de chance, car après ce qu’ils m’avaient fait subir en décembre, j’avais tout surveillé, preuve à l’appui, avec des échanges sur messagerie pour preuves (c’est aussi ce que j’avais fait avec mon employeur). Je n’imaginais même pas qu’ils puissent récidiver et pourtant si ! Le problème, c’est que pour pouvoir payer avocats et frais juridiques, j’avais exercé quelques petites missions salariées, et c’est là que cela a bugué. J’en ai tout à fait le droit, mais en France, il vaut mieux ne rien faire. Cela me rappelle l’ANPE qui m’avait refusé une formation très intéressante, j’avais informé leur direction générale, et cela avait déclenché un super cataclysme, j’étais connue comme le loup blanc dans mon département. Il faut savoir que le résidu du budget non utilisé allait dans les poches du personnel, donc celui-ci était peu enclin à vous allouer le budget auquel vous aviez droit pour accéder à un emploi, parce qu’au final, ils ne pouvaient pas l’encaisser à titre personnel en prime de fin d’année. Que vous retrouviez ou non un emploi, ils s’en contrefichent, que vous vous retrouviez aussi sans revenu, pourvu que eux, ils aient leurs primes leur permettant de vivre mieux !

Ce matin, plusieurs messages (au nombre de 4) sur mon compte Ameli, résultat de s’être fait secouer le cocotier, donc celui-ci :

annonce paiement en urgence 08062016

Comme par hasard, en cas de « bug », les paiements peuvent se faire sous 4 à 5 jours, et non sous 12 jours comme annoncé au préalable, ce à quoi j’avais eu droit en décembre (et je ne parle pas de celle qui osait me dire que si je n’étais pas contente, je n’aurais rien ce mois-ci, ce serait pour juillet, elle me rappelle trop mon agresseuse). Il ne s’agit en plus que d’un acompte. Ils sont vraiment minables. L’argent que je dois en plus avancer pour la cure, ils doivent me le rembourser en partie, donc je leur avance moi de mon côté de l’argent, avec leur paiement partiel.

J’ai demandé une enquête interne à l’organisme, ils pourront certainement retrouver cet agent trop « zélé ». Je voudrais bien la voir se retrouver sans son salaire un mois durant.

La lettre recommandée envoyée à la direction générale n’a toujours pas été distribuée et pourtant elle aurait dû l’être en J+1, donc aujourd’hui. L’affaire ne va pas s’arrêter là, on ne provoque pas impunément ma colère, et surtout on ne touche pas à ma mère. La lionne (astrologiquement parlant) qui est en moi devient vite tigresse.

animal-1293862_640

Une idée a germé au milieu de ce chaos : leur demander de se porter partie civile avec moi au niveau pénal contre mon employeur, cela va agiter aussi les branches de sassafras côté juges d’instruction !

reed-1363117_640

La France va décidément très mal, et il faut craindre le pire avec leur loi travail !

 

Publicités