Mots-clés

, , , , , , , , , , , , ,

banner-1235602_640

Aujourd’hui, je suis allée chez le médecin car ma toux ne s’améliorait pas. C’était le remplaçant de mon médecin traitant. Incidemment, il a été question de ma dépression et de mon « statut professionnel », d’autant plus que ce matin, j’ai eu un appel de la secrétaire d’un médecin, le nom me disait quelque chose, mais je ne savais le situer.

J’ai fini par trouver, c’était le fameux expert psychiatre qui n’a pas rendu son rapport depuis 3 ans. Evidemment, j’ai essayé de rappeler à plusieurs reprises la secrétaire et je suis tombée toujours sur le répondeur. Donc, je vais rester tout le week-end, en ne sachant pas quelle est la teneur de ce message. Je pense que c’est peut être l’effet procédure auprès du Procureur Général, mais je lui ai demandé une délocalisation et non pas d’essayer de récupérer un document qu’on attend depuis trois ans !

Le médecin remplaçant comme beaucoup de monde ne comprend pas dans quel problématique on se retrouve à attendre une décision judiciaire qui va vous mettre un peu de baume sur les plaies. Maintenant, au bout de 9 ans, le bienfait professionnel est fichu. De toute façon, il faudrait travailler en prévention et non en réparation.

J’en ai vraiment marre de tous ces gens qui croient que c’est facile de se remettre des attaques vraiment ciblées dans le but de détruire, quand on voit ce que j’ai trouvé dans le dossier en janvier dernier, avec toutes ces horreurs balancées par mes ex-collègues : pas étonnant que je me sois cassé la jambe dans la foulée, il y a de quoi avoir la tête ailleurs.

Le médecin me disait : « il faut vivre », et que croit-il que je fasse ? je vis oui, mais avec ma souffrance en bandoulière d’avoir été exclue du monde professionnel, d’avoir des séquelles à vie, un handicap, à cause de personnes qui ne se rendent pas compte de leur nocivité.

J’aime mieux dire qu’il n’est pas question que l’affaire soit jugée dans ce département, je n’ai plus aucune confiance en sa police, ses experts, ses juges d’instruction. J’ai suffisamment été édifiée quant à leur parti pris !

Il va falloir que je fasse la lettre de relance au Procureur Général en soulignant l’urgence et surtout le fait qu’il faut reprendre la plupart des auditions.

Et à côté de cela, l’avocate que m’a diligenté la protection juridique pour mon logement ne répond pas à mes mails. Franchement, quelle bande de bons à rien, ces avocats, surtout pour le tarif auquel ils se font payer!

Hier, je suis rentrée tard, toujours une galère ces émissions pilotes, et aujourd’hui, la douleur de la jambe s’était accentuée. Enfin, on revoit un peu le soleil sur la région parisienne entrecoupée de pluie. J’ai pu retraverser le parc, et observer les nuages. Il paraît que c’est très bon pour le moral et le bien-être de se laisser aller à la contemplation.

parc avril

Publicités