Mots-clés

, , , , , , , , , , , ,

le Bal des Menteurs

Venez voir ces marionnettes, ces clowns de pacotille, ces pantins minables, ces personnes manipulées qui dansent cette pantomine funeste et qui mentent au delà de la raison.

Juste un petit passage blog pour vous dire que l’affaire est reportée à un an. La Cour d’Appel veut toujours attendre le résultat du pénal. Sur 9 affaires enrôlées à l’audience, il y en avait 3 avec plaintes au pénal et sursis à statuer pour harcèlement moral (donc cela craint). Les demandes de sursis les unes après les autres ont agacé le tribunal (d’après mon avocat, moi, je les trouve normales), mais la Cour tient à attendre les résultats des enquêtes.

Donc je suis mi-figue, mi-raisin, sachant que ma pièce maîtresse se trouve de toute façon dans le dossier pénal (et elle est imparable).

La composition du tribunal était différente de celle des audiences précédentes, la juge présidente était plus sèche ! Il y avait beaucoup d’humanité dans le regard des autres juges jusqu’au sourire de sympathie !

Mon avocat n’a absolument pas tenu compte de mes arguments. Il est très bon, je le sais, je l’ai vu plaider, mais nos caractères ne sont pas en harmonie. Je boîtais, je lui ai dit que j’avais une fracture, à aucun moment, il ne s’en est inquiété ne serait-ce que par politesse. Nous avons descendu ensemble l’envolée de marches devant le Tribunal, ces fameuses marches que l’on voit tant dans les films policiers français, moi, en descendant, un pied l’un après l’autre, marche par marche, étant donné mon handicap : indifférence totale !

A la limite, j’ai trouvé plus sympathique l’avocat de la partie adverse, tout content de me reconnaître et de me serrer la main. J’ai dû le gratifier de mon beau sourire légendaire, j’étais décontractée (merci Mr Valium). J’en ai fait tomber une plaquette au pied d’un jeune avocat qui s’est baissé obligeamment pour me la ramasser, c’est mieux ça qu’un tampax ! 🙂

Il y avait un médiateur à disposition dans la salle au cas où des parties voudraient signer un accord.

Je ne suis pas déçue, je ne suis pas ravie, je suis soulagée… Maintenant, il va falloir que je m’occupe de ma jambe.

a0c4a063

07999353

De toute façon, je souffre plus de la douleur morale de la découverte des énormes mensonges de mes ex-collègues, plutôt que de la douleur de la jambe. (je sais qu’ils sont dictés par l’employeur, mais je ne comprends pas comment ils ont pu accepter, aucun courage ou l’idée d’en tirer profit : promotion, primes… !) Je ne suis pas la seule à avoir eu une fracture, certains en ont des multiples, plus quantité d’autres contusions… C’est handicapant, par rapport à l’activité que je voudrais avoir, mais je vais privilégier la meilleure guérison possible pour ma jambe pour n’avoir pas de séquelles.

5209e9f0

Publicités