Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , ,

Je rentre à nouveau dans une zone de turbulences au niveau juridique. J’ai utilisé cette période de vacances de Noël pour me reposer, pour recharger mes batteries.

woman-918981_1280

Le fait de reprendre le dossier « maudit » ne peut pas me faire du bien au niveau sommeil. Je m’endors, me réveille, n’arrive plus à me rendormir à 5h du matin… Bref, zone d’inconfort.

J’essaie d’avancer pas à pas, de me protéger quand même pour être en forme à la date fatidique.

Relire une grande partie de mon dossier, me remémorer mon combat, voir à quel point je me suis débattue, et qu’aussi mon employeur profitait de ma faiblesse due à ma maladie pour porter ses coups… et en plus de tout cela l’incapacité de la justice à gérer cette affaire (sans parler des avocats uniquement préoccupés par le montant de leurs honoraires et l’encaissement de suite à titre de provisions, les premiers rendez-vous payés cash contre aucun conseil et pas de suivi !).

Je suis comme cette rose photographiée il y a deux jours dans mon jardin public, une survivante, malgré les intempéries, la serpe des jardiniers… je survis !

rose survivante

Je ne comprends pas et ne comprendrai jamais comment certains peuvent faire ainsi fi de leur travail et de leurs responsabilités : les juges d’instruction qui ne répondent pas aux courriers, les policiers qui n’exécutent pas les commissions rogatoires, les experts psy qui ne rendent pas aussi leurs rapports, comme si tous s’étaient concertés, que tous avaient peur que la vérité n’éclate au grand jour comme une bombe.

Et dire qu’on ose me en plus dire qu’à l’heure actuelle il ne sera pas possible de s’occuper de mon dossier parce que, vous voyez, la police est mobilisée par la chasse aux terroristes. Ben voyons ! Et pendant toutes les années qui ont précédé, elle ne l’était peut être pas ?

J’ai relu une grande partie du dossier, rien qu’en travers, en me disant qu’il y avait quand même une belle omerta, et que dans une affaire quand il y a eu des fautes commises, tout le monde par la suite essaie de les dissimuler.

Un médecin me l’a dit, ils voudraient tous que j’abandonne… sauf que si j’ai décidé de continuer à vivre, c’est pour que justice soit rendue, et que les « minables » qui ont transgressé les lois, soient punis !

Un conseil juridique m’a dit que je pourrais mettre en cause la responsabilité de l’Etat par exemple pour défaut de réalisation de commission rogatoire. Après on s’étonne que les terroristes ont pu ainsi « s’épanouir » à notre nez et à notre barbe, si des dossiers restent sous des coudes.

Et qu’on ne me parle pas de manque de moyens ? ou alors il faut tout revoir dans l’organisation de la France, la répartition des budgets, des effectifs, des procédures. On paie assez d’impôts, il me semble, non ?

Que la force soit avec moi !

warrior-1056727_1920

Publicités