Étiquettes

, , , , , , , , , , , , ,

demon-161607_1280

On n’en parlera jamais assez de cette attitude qui consiste à se défouler sur internet pour compenser ses propres angoisses. Régulièrement j’ouvre des fils de commentaires, notamment sur l’actualité « people », et je vois des internautes qui traitent de tous les noms ces gens célèbres, qui n’ont d’ailleurs souvent que le seul tort d’être célèbre, et pas eux ! On sait que c’est souvent la frustration qui les fait parler.

Hier, j’ai eu un retour malencontreux dans un groupe Facebook auquel je participe, et l’attaque comme toujours survient au moment où l’on s’y attend le moins, d’une personne qui se taisait et qui tout à coup exhale sa bile à votre propos, uniquement parce que ce que vous dites l’angoisse, mais c’est mieux de porter un jugement de valeur sur les décisions que vous avez prises, que de reconnaître qu’il peut y avoir dans la vie des circonstances exceptionnelles, et des gens particulièrement pervers.

A force de fréquenter certaines émissions, et d’écouter les analyses des psys, je sais très bien que les problèmes viennent d’eux, mais pas de moi ! malheureusement, quand ces attaques concernent directement mes soucis professionnels et de santé, avec un jugement de valeur sur mes choix, là, je dois dire que je sors bec, griffes, ongles, et que cela part vite en cacahuète.  Je suis encore très traumatisée de ce qui est arrivé hier, car je suis une « écorchée vive », avec ce que l’on m’a fait subir, et quand le souvenir de cette scène me traverse l’esprit, je me sens mal. Cela va s’apaiser au cours des quelques jours à venir, il faut que je sois patiente.

On a beau encore faire comme la campagne récente sur France2 notamment sur le harcèlement scolaire qui est catalysé par le fait que les élèves maintenant une fois rentrés à la maison ne retrouvent pas la tranquillité de leur famille, car ils se connectent à internet et à Facebook, cela ne changera pas pour certains visiblement. Sur le plateau de « Toute Une histoire », récemment, des parents racontaient comment leur fils de 14 ans s’était pendu suite à une provocation sur internet du genre après que le jeune las des attaques et des moqueries écrivent « je vais me tuer », et qu’un imbécile d’élève lui répond « vas-y ! »… et l’adolescent l’a fait !

Il peut certes y avoir des maladresses, mais de quoi sont faits les gens pour ne pas comprendre le mal que l’on peut faire aux autres, de comprendre leur état de souffrance et par là-même, leur fragilité… J’avais eu l’intention de quitter ce groupe à cause de cette seule personne, mais d’autres participants m’ont dit de ne pas le faire et de l’ignorer. Finalement, je l’ai bloquée, car Facebook le permet, comme cela, je n’aurais plus à la lire, ni elle non plus.

D’ailleurs la personne a vite retiré ses commentaires quand elle a vu que je ne me laissais pas faire… en plus, j’étais chez un client quand j’ai lu tout le bien qu’elle pensait de moi et de mon histoire, l’idéal !  Le pire, c’est qu’elle a osé dire qu’il n’était pas possible de discuter avec moi ! pfuittt ! Refuser de se faire insulter publiquement, ce n’est pas refuser de discuter…

Bref, soyez attentifs sur internet à vous et aux autres, car cela fait mal et peut provoquer bien des drames. Si vous voyez quelqu’un se faire agresser, surtout réagissez dites un petit mot en sa faveur. Heureusement hier, une personne est intervenue avec des mots justes, ce qui m’a mis un peu de baume sur ma plaie béante.

il-virtuoso-237403_1280

« Comme le cri d’un violon trop noir
Nous on voit la vie avec les yeux du cœur
Rien nous empêchera d’y croire
Croire au nouveau monde
Qu’on a dans la tête
Croire en nous pour changer demain
Croire même aux mensonges
Si ça les arrête
Croire aux lignes de nos mains »

extrait de la chanson « croire » de Lara Fabian

***

P.S. j’ajouterai aussi, et je rappellerai que sortir d’une dépression n’est pas une question de volonté. Il s’agit d’une maladie, des télétransmetteurs ont peut être été touchés et détruits lors du choc psychologique, surtout quand il s’est répété comme lors des cas de harcèlement. La médecine actuelle propose des médicaments qui vous endorment, ne vous font plus réagir, mais soignent-ils vraiment ? je ne crois pas ! Comme l’a dit un psychiatre lors d’une conférence à laquelle j’ai assité : « il ne s’agit pas de dire ‘lève-toi et marche' », cela n’est arrivé qu’une fois dans l’histoire humaine… et tout le monde ne s’appelle pas Jésus ! ».

Publicités