Étiquettes

, , , , , , , ,

toinette siglée

 

Toinette adore le mois de janvier, car c’est le mois des soldes, et pour une shop addict comme elle, c’est l’occasion d’aller garnir ses placards de ce qu’elle n’aurait jamais eu besoin si elle n’était passé dans la boutique.

Certes, Toinette n’a pas les finances pour, mais grâce à sa carte de crédit à débit différé, elle pourra faire les comptes plus tard. Elle sait qu’elle mord déjà sur la prime de fin d’année, qu’elle spécule sur ses primes commerciales à venir, mais Toinette est une grande optimiste.

Son seul souci est Arthur, celui qui partage sa vie et qui est un peu pingre. Lui, il dit économe, mais Toinette à moins de 30 ans, pense qu’il faut profiter de la vie.

Elle espère bien arriver avant lui à la maison, avant d’aller cacher ranger ses achats dans un placard. Il faudrait bien aussi qu’elle mette sous clé son livre de comptes, ses relevés de banque, et un mot de passe sur son ordinateur. Toinette gagne sa vie, elle n’a pas de comptes à rendre à Arthur qui, lui, aimerait investir dans l’achat d’un appartement.

Toinette d’ailleurs se pose des questions sur l’avenir de leur relation : il est tellement lourd Arthur à lui faire des scènes à propos de ses achats, un vrai « rabat-joie ». Elle est de plus en plus persuadée qu’ils ne sont plus compatibles, et qu’il faudrait qu’elle s’inscrive sur Meetic, e-Darling, adopte u nmec, pour trouver la perle rare, l’homme qui aime autant qu’elle dépenser en fringues, ce serait son premier critère de sélection, et après, exit Arthur !

C’est dans cet état d’esprit qu’elle rentre à la maison, pour y trouver Arthur qui ne peut que voir ses sacs énormes d’achats et qui tout de suite a l’air furieux. La soirée va être longue, vite direction la salle de bains pour se rafraîchir et éviter l’orage. A quoi bon discuter ? Arthur n’est pas fait pour elle, il va falloir le lui dire. (suite au prochain numéro)

***

Toinette, prénom de la semaine pour la cour de récré de Jill Bill est un dérivé d’Antoine qui vient du latin « antonius » : inestimable, et du grec : « fleur ».

Il est aussi indiqué sur le net qu’il vient du grec « antonomios » qui signifie « qui se nourrit de fleurs ».

Mais pourquoi Toinette et pas Antoinette (celle à qui on a coupé la tête) ?

Cela fait un peu diminutif. Ce prénom est peu populaire, il est porté par 251 personnes nées en France depuis 1890.

Publicités