Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Cela avait bien commencé… ou presque !

semaine 3 2015

Lundi : j’ai voulu me rendre à un rendez-vous, pour apprendre que l’étude était finie, j’ai voulu m’inscrire ailleurs, mais impossible. J’ai décidé de me consoler en allant chez le coiffeur, mais je crois bien que la coiffeuse a profité de mon état semi-comateux, elle m’a vendu un reflet doré, un produit plus cher, et lors de la coupe, elle n’a coupé que les bouts, si bien qu’on ne dirait pas que je suis allée chez le coiffeur. Moralité, quand vous êtes en état de faiblesse, ne pas aller chez le coiffeur, sinon on va vous « escroquer » !

Mardi : j’avais pris rendez-vous chez un toubib du coin constatant que ma maladie ne s’améliorait pas. Avant je suis allée prendre mes résultats d’analyse de sang, et j’y ai vu des « anomalies », confirmées par le médecin, des « ombres » qui ne présagent rien de bon ! Il m’a prescrit une radio des poumons.

Mercredi : je suis allée faire ma radio des poumons. Alors que les autres personnes arrivées après moi partaient avant moi, le responsable du laboratoire m’a reçue individuellement pour m’annoncer que j’avais une infection (je pouvais me sentir si mal !). Reprise de contact avec le médecin qui me prescrit des antibiotiques.

Jeudi : désirant guérir au plus, je reste à la maison, je prends mes antibiotiques, et je tousse jusqu’au bout de la nuit : épuisant !

Vendredi : j’essaie de mettre toutes mes chances de mon côté, je déguste un délicieux ananas Victoria, bien que j’ai perdu l’appétit et toute sensation de goût !

Samedi : je regarde les ombres projetées par le soleil, il fait froid à la fenêtre, mais j’aime respirer l’air pur.

Dimanche, je pensais hier aller mieux, mais aujourd’hui, reprise des quintes de toux à en faire mal à la tête ! je désespère ! Seules mes petites gommes réglisse bateau me soulagent un peu la gorge. Encore deux jours d’antibiotiques, j’espère que l’infection sera pulvérisée lors de la radio de contrôle à 15 jours. Et après, il faudra que je m’occupe des anomalies dans ma prise de sang… Je comprends aussi pourquoi je me sentais aussi flagada.

Je vais essayer quelques sorties la semaine prochaine en douceur, je n’en peux plus de garder la chambre, mais je n’ai pas envie non plus de tourner de l’oeil sur un lieu public.

Prenez soin de vous, et précipitez-vous chez le médecin si vous voyez qu’un début de bronchite évolue mal.

C’était ma récap de cette semaine fantastique pour Virginie b et le groupe Facebook 365 photos du quotidien  :

10888541_10153444903909942_5089032727868223299_n