Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

IMGP0033

Doit-on fêter les anniversaires joyeux comme les naissances ? certains fêtent même les anniversaires des morts, surtout ceux célèbres, genre Claude François, Coluche. Freud de son côté trouvait de la signification dans la date anniversaire.

Il y a 7 ans je me rendais à 14h30 à un rendez-vous pensant trouver une solution à mes problèmes professionnels, confrontée à un directeur qui avait décidé de m’en faire voir de toutes les couleurs et de me mener à ma perte, alors que je l’avais hissé à une place inespérée pour lui, grâce à mon travail et mon implication. Il paraît que c’est une attitude connue, on se débarrasse de l’escabeau.

Au lieu de trouver une solution, j’ai trouvé un problème avec cette gestionnaire de ressources humaines qui m’a agressée, une personne mal dans sa peau, caractérielle, que beaucoup évitent, mais alors que j’effectuais des heures supplémentaires non payées, que j’avais relevé un challenge difficile avec le poste que j’avais accepté dans lequel j’avais réussi, se croyait permis de malmener ainsi une personne bien notée. Je me demande encore ce qui lui est passé dans la tête, et quand j’ai manifesté mon indignation auprès de la direction, c’est moi qui ai été licenciée, alors que d’après les syndicats c’était elle qui aurait dû passer à la trappe.  Ce n’est guère facile de vivre avec une telle injustice.

Mon problème est le même que celui survenu et découvert lors des suicides de France Télécom Orange, et même si des dirigeants ont été mis en examen, il n’y a toujours pas de procès, ni de condamnation officielle. C’est long, beaucoup trop long pour les victimes en attente.

Je ne m’en souvenais plus, mais mon corps, lui, s’est souvenu, car je me suis réveillée avec un mal dans le bas de la nuque, et le dos raide, et s’en est suivi le déroulement normal, mal au coeur, vomissements. J’ai donc passé la journée au lit à somnoler, en essayant de chasser les idées négatives.

Je ne comprends pas que la justice qui est saisie soit si lente à réagir, elle ne m’a pas permis de me reconstruire, de passer à autre chose, et j’en souffre encore beaucoup, la preuve, un rappel alors que j’aurais pu sortir avec une autre blogueuse pour une petite manifestation sympathique.

Hier je suis passée dans une église proche après un rendez-vous avocat, qui m’a dit que cela allait être encore long, on dirait vraiment les juges sont en train de vouloir démanteler des réseaux internationaux drogue, prostitution, alors que les personnes impliquées sont clairement identifiées, une dizaine de personnes… Ma bougie brûlée à l’intention de Sainte Rita, la patronne des causes désespérées, ne m’a déjà pas protégé de cette journée, où j’avais l’impression que mon lit tanguait.

A quoi peut-on encore croire dans cette vie ?

Publicités