Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , ,

Beaucoup de blogs ou d’animations diverses nous demandent des photos de nos vacances. J’attendais mon dernière escapade pour en choisir une pour l’Annuaire pour les Nuls. J’ai finalement choisi cette vue de Gréville, pour la beauté du paysage, mais également, car ce site a donné l’occasion au célèbre peintre Jean-François Millet de faire une « marine », et un peu de culture ne fait jamais de mal.

Gréville Hague, Jean-François MilletEn fait, la table que vous voyez au premier plan n’est pas une table d’orientation, mais une référence à un tableau de ce peintre Jean-François Millet qui a vu le jour dans une commune proche, Gréville-Hague.

Ce n’était pas son habitude de peindre des marines, on se souvient que son tableau le plus célèbre était « Les Glaneuses ». Il a peint ce tableau, alors qu’il était de retour dans la région (un peu comme moi), en raison de faits de guerre, un peu comme moi aussi, guerre au niveau du travail.

Voici le tableau correspondant au paysage :

millet11C’était à l’occasion de la guerre de 1870, voici ce que j’ai trouvé sur le net correspondant à ce tableau :

« 1870 – 1871 : le grand retour

La guerre de 1870 et l’avancée de Prussiens amenèrent Millet et sa famille à se réfugier à CHERBOURG au mois d’Août. L’artiste ne peut travailler autant qu’il voudrait  » l’état de guerre  » ne lui permet pas de dessiner à l’extérieur, néanmoins c’est de cette époque que naîtront quelques marines.

L’année suivante, lorsque les hostilités eurent cessé, la circulation redevenue libre, Millet pourra séjourner à Gréville, à l’auberge Polidor (l’actuelle boulangerie).

 

Le 12 août 1871 il écrit à Sensier :

 

 » Nous sommes à Gréville (à l’auberge), je voudrais réaliser ce que je désire depuis si longtemps : Faire une vue de quelque partie des rivages de mon endroit. Je prends les documents utiles pour cela. (…) Ô que je voudrais mon cher Sensier, qu’il vous fût possible de voir un peu mon endroit natal avec moi !
J’imagine que ce pays vous plairait par bien des côtés de sa physionomie, et que vous comprendriez combien je m’y sens de plus en plus attaché. (…) Je crois que sa physionomie seule serait suffisante pour attacher un homme fait pour recevoir des impressions.
Ô encore un coup, comme je suis de mon endroit ! « 

***

Parmi les gens célèbres du coin, il y avait le poète Jacques Prévert et son petit jardin, situé pas très loin. Il faudra que j’y fasse un tour lors d’un prochain séjour, mais comme ma maman ne peut pas marcher beaucoup, ce n’est pas facile, car on peut y faire une promenade, voir des plantes où sont parsemées des dédicaces de personnes célèbres, un bel endroit, une belle région…

Vive la Normandie, la Manche, le Cotentin !

et hop, un petit drapeau normand qui flotte sur le château de St Sauveur le Vicomte pour ponctuer mon « cocorico régional » :

IMGP0007-026