Étiquettes

, , , , , , , , ,

http://fr.pinterest.com/phttp://fr.pinterest.com/pin/296745062920264108/

Dans la terrible jungle de ce monde moderne, où les compromissions sont légions, et moins encore que par temps de guerre, il est toujours bon de se demander quelle est notre limite de résistance à une proposition de corruption.

Elles sont nombreuses dans le monde professionnel, par exemple, lorsqu’un employeur veut se débarrasser (expression plus édulcorée « se séparer ») d’un salarié, qui si après licenciement riposte aux prud’hommes, se met à chercher à étayer un dossier bien mince en soutirant des attestations complaisantes de salariés bien triés sur le volet -il sait malheureusement à qui il s’adresse- : en leur promettant 5 semaines complémentaires de vacances payées, une promotion, une prime… (cas hélas connus et réels).

Souvent lorsqu’on évoque la seconde guerre mondiale, on se demande aussi ce que nous aurions fait dans ces temps très troublés. On sait que certains en ont profité pour faire du marché noir, voler des oeuvres d’art, acquérir illégitimement des maisons abandonnées… Tout le monde certes ne peut pas faire partie de la résistance.

Pourquoi suis-je dans ces réflexions-là aujourd’hui ? c’est qu’hier on m’a proposé de me « payer » pour retirer un avis négatif que j’ai déposé sur internet sur un site marchand, avis en mon âme et conscience où je préviens d’autres consommateurs éventuels des dangers, les mettant en garde et leur donnant des conseils : avis bien sûr qualifié de « diffamatoire », car tout avis négatif mal accepté par l’autre partie est fatalement « diffamatoire », or, il n’y a pas de diffamation quand il y a vérité (cf l’émission de Julien Courbet « sans aucun doute » et ses avocats). J’ai dû me battre pour que cet avis reste en ligne : il avait été suspendu une heure après que je l’ai posté… Ensuite il m’a été demandé des justificatifs d’achat que j’ai fournis, après ce site (consacré à rassembler des avis des internautes), m’a dit qu’il ne s’agissait pas d’un achat, et sans autre justificatif complémentaire, il serait retiré de la mise en ligne sous 7 jours. J’ai encore envoyé des pièces supplémentaires. J’ai remarqué que mon avis n’était pas en plus noté comme « achat vérifié », alors qu’il l’était… et le site d’évaluation refuse de le faire !

Et comme par hasard lors d’un rendez-vous que j’ai eu hier, bizarrement, il m’a été fait cette proposition : « si vous retirez cet avis, je vous rembourse »… Il m’a vraiment bien regardée et évaluée celui-ci ! Je sais qu’il y a maintenant des contrôles sur les « faux avis sur internet », mais je crois qu’on n’a pas fini de constater des « curiosités » de cette nature. A y réfléchir, j’en ai honte pour celui qui m’a fait cette proposition : certes mon avis fait désordre dans le paysage, mais puisque c’est la vérité vérifiable ?

http://fr.pinterest.com/pin/351351208399072512/NON, Monsieur, mon âme n’est pas à vendre !

http://fr.pinterest.com/pin/254101603948152090/Ava is an angel, et les anges ne mangent pas de ce pain-là !

Réellement, si on peut parfois s’accommoder avec la « morale », je me détesterai d’accepter d’être ainsi soudoyée, même si je perds de l’argent, et également, jamais de ma vie je n’ai rédigé une quelconque attestation (surtout mensongère) contre un salarié au profit d’un employeur, là aussi, je me serai détestée -d’ailleurs aucun employeur n’a osé m’en demander non plus-. En revanche, j’en ai eu contre moi, et j’ai détesté les auteurs de ces attestations mensongères voulant me faire perdre mon indemnisation, par rapport à un licenciement immérité.

Et vous, avez-vous aussi été confrontés à ce genre de dilemme ? Qu’en pensez-vous globalement ?

(Merci à Pinterest pour ses si belles illustrations -clic sur les images pour voir leurs provenances)