Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

Sciences et avenir, sommeil

 

Il s’agit d’une nouvelle animation de Virginie B. qui nous demande de partager nos lectures de la semaine, quelles qu’elles soient.

Pour un rendez-vous, je m’étais offert cette revue « Sciences et Avenir » qui est un sujet sensible chez moi, depuis quelques semaines à nouveau, et j’ai eu envie de m’informer en voyant ce numéro spécial dans un kiosque à journaux. Le prix d’achat est un peu élevé (4,30 euros), mais mon manque de sommeil est quelque chose de sérieux aussi. Donc, j’ai voulu approfondir mes connaissances, et effectivement l’article répond bien à pas mal de mes questionnements.

temps_de_sommeil

 

Il vous permet notamment de connaître votre « chonotype », c’est-à-dire si vous êtes du matin, du soir ou neutre, ici !

Je l’ai fait, et j’ai appris avec étonnement qu’avec un score de 44, j’étais neutre (?), or je me croyais du soir.

les_phases_du_sommeil

La relation est faite avec la prise de poids et même l’obésité : peu dormir fait grossir. Ma mère aurait pensé le contraire, elle qui contrariait mes grasses matinées, en me disant qu’en m’activant je perdrai du poids… Or, elle oubliait que je faisais du sport à assez haute dose.

            L’article conseille aussi de faire des siestes, sauf que soit je ne dors pas, soit quand je m’endors, c’est parti pour plusieurs heures de sommeil d’affilée. Je ne sais pas limiter mon sommeil à 30 mn.

L’article souligne aussi le fait que les somnifères ne favorisent pas un sommeil réparateur : il s’agit d’une idée reçue. En effet, certains suppriment la phase de sommeil lent profond -si bénéfique-, d’autres le sommeil paradoxal. Des molécules qui préserveraient davantage les cycles naturels seraient à l’étude. Ce serait bien car beaucoup d’utilisateurs d’endormisseurs comme le Zolpidem se plaignent des effets secondaires.

Il me reste encore à étudier les pistes de cet article ; je connais les théories pour bien se préparer à une bonne nuit, mais je n’aime pas les contraintes, comme arrêter la télé, l’ordi une heure avant de se coucher pour dormir.

Mon essai de mélatonine n’a pas été couronné de succès, dans la mesure où le grammage est trop léger pour un « cas grave » comme le mien, c’est bien pour les problèmes légers de sommeil.

Je n’ai pas regretté mon achat, car il faut être à la pointe de l’information. J’essaie de lire les conseils sur le net, mais il est bon d’investir un peu, ne serait-ce que pour aiguiller son propre spécialiste qui ne propose pas toujours de l’innovation.

***

C’était donc mon compte-rendu de lecture pour Virginie B :

bannière samedi, je lis