Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , ,

Ecritureun titre du jour : un titre envié que je décernerai à ma banquière !

Comme je trouvais qu’elle poussait un peu trop sur les frais divers, dont ceux dits « d’intervention », pleine d’énergie avec ma bulle de bien-être due à ma cure, il a fallu que je remette cela… D’ailleurs, le décret de Pierre Moscovici confirme tout à fait ce que je pensais depuis un certain temps, voir ici !

Elle savait tout à fait que j’avais exercé des recours auprès du service Relations Clientèle qui demande un délai d’un mois, et du médiateur de la banque qui demande 60 jours en plus. Moi, j’ai fait les deux d’un coup, pour aller plus vite.

Eh bien, « la conne du jour » n’a rien trouvé de mieux de m’envoyer une lettre recommandée avec AR pour m’annoncer sa décision de clôture de mon compte sous deux mois. La salope !haddock07

Je pense que je vais pouvoir renverser la situation, sinon j’irai mettre mes noisettes ailleurs !

Oui, je sais, j’abuse des gros mots, mais cela fait tellement de bien. Et j’aime bien faire ma capitaine Haddock !

Alors, j’ai passé toute l’après-midi à écrire, pour mettre en avant mes arguments et souligner les abus de la « dame ».

J’ai bien sûr d’autres comptes bancaires ailleurs, car il ne faut jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier, la preuve : on tombe sur une mal embouchée, et voilà le travail. Depuis que mon compte était ouvert dans cette agence, je n’avais pas eu le moindre problème, mais voilà mes conseillers habituels ont été changés et je suis tombée sur la conne, qui fait du zèle, son petit chef, et à ma demande de geste commercial, auquel beaucoup de fournisseurs accèdent : SFR, la Poste, ma société d’assurance,  la « conne » fait son « geste commercial » : clôture du compte, mais bien sûr pas mon compte d’épargne, ni parle du remboursement de mes parts sociales, parce qu’en plus, je me suis retrouvée un beau jour actionnaire de cette banque. Au guichet en passant, on m’a dit, « mais on ne vous a pas fait souscrire de parts sociales », j’ai dit » non »… le guichetier m’a dit qu’il me ferait signer les papiers un jour prochain, je pensais que je verrai cela ultérieurement avec mon conseiller de clientèle dédié… sauf que , le lendemain la rubrique parts sociales figurait déjà sur mon compte et l’argent avait été prélevé, sans que j’ai signé le moindre papier !!! donc les conditions, je n’en sais fichtre, et savoir quels en étaient les avantages non plus ! Au fond, il n’y a peut être même pas d’avantage, sauf que cela permet à la banque d’avoir un petit matelas de sécurité !

En revanche clôturer les comptes d’un actionnaire (et quel actionnaire !), cela ils savent bien faire !

Where are my nuts?

Cette affaire m’a donné l’occasion de lire pas mal d’histoires de clients mécontents, et cela vaut son pesant de cacahuètes, internet devient maintenant très précieux pour en savoir plus dans un litige, et cela va poser problème à toutes ces entités qui profitaient de l’isolement et de l’ignorance de leur client. Certains se sont faits ainsi clôturer leurs comptes parce qu’ils avaient un peu trop « braillé », donc exit ! Vous n’êtes pas content, dehors ! 

D’ailleurs, moi qui ai eu un parcours bancaire (mais dans les sièges sociaux/les directions générales ou en tant que webmaster), je le sais, il suffit d’un changement de directeur d’agence, et zouh, changement de décor. C’est particulièrement sensible pour les comptes professionnels, et certains entrepreneurs peuvent se retrouver d’un jour à l’autre privés de la souplesse accordée par le précédent directeur d’agence.

Bien sûr, mon compte est créditeur, mais c’est un peu comme lorsqu’on est dans certaines entreprises, il faut savoir fermer son clapet !

Et évidemment sur la lettre, aucun énoncé du motif pour cette décision, ni moyen de recours… donc, j’ai passé une partie de ce dimanche, à taper sur ce clavier pour riposter ! J’espère que cela pourra être utile à d’autres, car visiblement les banques n’aiment déjà pas trop qu’on leur fasse remarquer qu’elles abusent un peu et ne sont déjà pas trop contentes qu’on va leur signifier qu’elles vont devoir modérer leur appétit pour ces fameux frais d’intervention « fantômes » !

Même pas peur du fantôme !

Demain pour me décontracter une séance cinéma avec une copine, je vais voir « Paris à tout prix », grâce à Dame Skarlette, aimable invitation de la société Gaumont.